Journal! Rubrique Culture : Après un petit résumé du dernier film de la série Star Wars, Aurélie et Clothilde vous proposent une petite réflexion sur le bien et le mal!

  • D’abord un petit retour sur le film et l’histoire :

Ce nouveau film a connu un vrai succès avec 1312 902 051 vues dans le monde. C’est  le dernier épisode d’une grande série (8 épisodes).
Dans l’épisode précédent, Rey veut aller chercher Luc pour suivre sa formation de Jedi car elle a la force (la force permet de : lever des objets sans les toucher et de voir dans la tête de quelqu’un).
Dans cet épisode, Rey a retrouvé Luc et ce dernier accepte de l’aider à devenir un Jedi. Même si au début il hésite car, sans le vouloir, il a provoqué le passage de son dernier apprenti, Kilo Ren, du côté obscur et de Snoke, un personnage très puissant de ce camp.
Pendant son entrainement, Rey ressent une connexion avec Kilo Ren,   comme s’il était devant elle. En même temps, la base rebelle (là où Rey vit) doit évacuer la planète car l’empire de Snoke  menace de la détruire…

Rey va-t-elle réussir à devenir un Jedi? La base rebelle va-t-elle réussir à évacuer la planète à temps?
Une aventure à couper le souffle!

  • Un film qui nous a inspiré des réflexions sur le bien et le mal :

Dans ce film, au fond, être gentil représente d’aider les Jedi à se débarrasser du coté obscur. Dans les gentils il y a les Jedi, les rebelles et la base rebelle. Il y a aussi les  »normaux » qui ne sont pas complètement méchant ou gentil. Être méchant (coté obscur) signifie de se débarrasser des rebelles (de la base rebelle). Au début tous les gens sont  »normaux » mais les méchants capturent des enfants qu’ils élèvent et qui  deviennent donc méchants. S’ils ne se font pas capturer il y a peu de chances qu’ils changent de côté, mais il arrive quand même qu’ils se fassent influencer.

Tout ça nous a amené à nous poser des questions sur le bien et le mal.
Au début, ça peut sembler une question facile :
si on ne réfléchit pas trop, ou trop vite, on peut se dire que c’est évident de comprendre ce qui est bien ou mal. Mais dans le film ce n’est pas si simple et cela nous a amené à y réfléchir plus profondément. On a pris plus de temps pour se poser des questions et réfléchir sur le bien et le mal et c’est devenu plus compliqué d’y répondre. 
On a par exemple essayé de réfléchir à comment «décider» ou juger que quelqu’un est «bon» ou «mauvais». Au départ, on s’est dit que ce n’est pas parce qu’une personne fait une mauvaise chose une seule fois qu’elle est nécessairement méchante, car tout le monde a déjà fait quelque chose qui n’était pas correct et on devrait alors tous entrer dans cette catégorie! Mais si tout le monde est dans la catégorie ça ne sert plus à rien d’avoir cette catégorie non ?! On s’est alors dit qu’il faut que la personne commette souvent de mauvais actes pour être considérée comme mauvaise. Mais alors, à partir de «quand», de «combien» de mauvais actes on peut placer quelqu’un dans la catégorie «méchant» ? Doit-on décider si quelqu’un est «mauvais ou méchant» à partir d’un «nombre» de mauvais actes qu’il commet ? Et que veut dire «souvent» ici (tous les jours, mois, ans) ? 
Difficile à dire non ?! 

On a ensuite pensé que, parfois, si on regarde les raisons des actes ce n’est plus évident du tout de juger et de se faire un avis sur qui est «gentil» ou «méchant». Ça nous a amenées à nous demander mais au fait, «c’est quoi un acte bon ? Mauvais ? Comment décider ce qui est bien ou mal? ». Ça non plus ce n’était pas si facile d’y répondre!

Finalement, on s’est dit que peut-être, dans la «vraie vie», on ne peut pas vraiment «ranger» les gens dans la catégorie du «bien» ou du «mal» et que le plus important est de se questionner souvent là-dessus et de s’en parler.

À la prochaine!
Aurélie et Clothilde 😉 !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *